Avenir du coton au Mali: Les cotonculteurs considèrent Nango Dembélé comme un obstacle.

Plus de 3000 producteurs maliens de coton, venus des 42 unions secteurs, des différentes fédérations régionales des producteurs de coton étaient en meeting le jeudi 21 octobre 2021, dans la cours de l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture du Mali (APCAM).

L’objectif du meeting était d’informer l’opinion nationale et et internationale, sur la crise actuelle de la filière coton et proposer des solutions de sortie de crise. Pour ces cotonculteurs venus de FANA, KITA, KOUTIALA, BOUGOUNI, des zones assez névralgiques dans la culture du coton, le problème actuel est engendré par le PDG de la CMDT, Nango Dembélé. Ce sera lui ou nous les producteurs du coton, ont-ils lancé.

Ceux-ci sont prêts à aller jusqu’au bout sans rien lâcher. Ils ne cachent pas leur volonté de faire usage de tous les moyens légaux et populaires pour l’évincer de son poste si stratégique à la CMDT, parce que parfaitement convaincus que sans les producteurs de coton, il serait presque absurde de parler de la CMDT. C’est donc fort de cette logique, qu’ils ne reculeront devant aucune tentative de dissuasion, de menace voilée provenant de la part de Nango Dembelé et de ses sbires.

Et pour ne rien arranger, ils ont décidé à l’unanimité de rompre toute collaboration de la base au sommet des producteurs de coton avec la CMDT en tant que Nango Dembelé contrôlera les destinées de cette mégastructure cotonnière. En vue de joindre l’acte à la parole, les producteurs de coton n’entendent pas céder, car ils ont brandi une nouvelle menace, celle qui consiste à boycotter tous les produits, engrais et autres produits que l’État donne à la CMDT pour les vendre aux cotonculteurs.

« Nous invitions le président de la transition le colonel Assimi Goita et son premier ministre à tirer rapidement cette affaire au clair au risque de voir l’État perdre énormément en entretenant le flou sur la politique de destruction du secteur coton par le PDG de la CMDT. » a déclaré Yacouba KONE, producteur de coton venu de Bougouni pour la circonstance.

A tous les niveaux, la tête de Nango Dembelé est mise à prix.

L’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture du Mali (APCAM) n’entendent pas rester en marge de cette affaire qui risquerait de mettre l’économie du pays en péril. « Pour que notre pays redevienne le premier producteur de la sous-région, il faut être sensible aux doléances des producteurs eux-mêmes ; s’agissant de défendre partout les intérêts de la profession Agricole », a declaré Sanoussi Bouya Sylla, président de l’APCAM.

Cet engagement pris par l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture du Mali (APCAM) est lié à la place et à l’importance de la filière coton dans l’économie du Mali, une véritable source de création d’emplois, de revenus pour les producteurs de coton et touche plus de 4,5 millions de personnes dans les zones cotonnières.

« Pour faire face à la relance de la filière coton, il faut rassembler la famille des producteurs du coton ; Cette ambition s’est heurtée aux actions des forces obscures, à l’entretien de la division, à l’utilisation de certains producteurs contre d’autres.», a laissé entendre M. Sylla qui était entouré du président de la CNOP, Ibrahima Coulibaly, du président de l’AOPP, Tiassé Coulibaly, de la présidente de la FENAFER, Niakaté Goundo Kamissoko, Président légalement élu à la tête de la CSCPC, Bakary Koné, contesté par Nango et sa bande.

Pour lui, l’APCAM en tant que structure de représentation de l’ensemble des acteurs de la profession Agricole, se voit dans l’obligation d’agir face au mépris à son endroit et au plan stratégique de division des producteurs de coton pour régner en seul maitre du jeu de la gouvernance de la filière coton par le PDG de la CMDT.

En rappel, les recommandations des Etats généraux du Coton tenus en avril 2001 ont porté sur le désengagement de la CMDT des missions de service public en vue de leur transfert à d’autres acteurs à savoir: Le recentrage de la CMDT sur sa vocation centrale (conseil agricole autour du système coton, les activités industrielles et commerciales liées au coton); et le transfert de l’approvisionnement en intrants aux producteurs.

Pour finir, le président de l’APCAM a assuré devant plus de 3000 cotonculteurs : « Je prends l’engagement devant Dieu et les hommes que durant notre mandat, personnes je dis bien personne ne profitera de sa position fut-il un ancien ministre de l’agriculture ou un Président Directeur Général de la CMDT pour déstabiliser l’APCAM et la Confédération des Producteurs de coton du Mali ».

Le colonel Assimi Goita, président de la transition n’est-il pas interpellé face à ce vrai dilemme cornélien qui se dessine sous ses yeux ? Il devra désormais faire le choix entre l’ex-ministre Nango Dembélé, actuel PDG de la CMDT et les producteurs de coton.

Affaire à suivre….

Ousmane Samaké, Info360.info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.