Jardins publics à Bamako: Absence de mécanisme de veille à la salubrité permanente ou négligence des délégations municipales

Depuis plusieurs années, nous assistons à une absence de mécanisme à mettre en place afin de veiller à la salubrité permanente des jardins publics du District de Bamako. Cette attitude constitue une négligence de nos élus locaux face aux espaces verts utiles pour le bien-être de tous, dans le cadre de l’assainissement et de la protection de l’environnement .
Si rien n’est fait d’urgence, ces jardins publics vont disparaître à cause de nos mauvaises habitudes, vu qu’ils constituent des poubelles lors des célébrations de nos mariages. Pour faire face à ce fléau, un partenariat sur les mécanismes de gestion ne sera-t-il pas nécessaire le Conseil national des jeunes ou de l’Apej et des prestataires privés?
Un constat de désolation totale 
En tout cas lors de notre passageau niveau des échangeurs du carrefour de la Colombe  et du monument Général Soumaré au niveau du pont de Missabougou côté Sotuba, le dimanche 26 décembre 2021 , jour de célébration de nombreux mariages, le constat était  regrettable et  incompréhensible. Il était facile de voire sur place des couples de nouveaux mariés affluer vers ces lieux pour immortaliser ce jour important de leur union pou le meilleur et le pire en prenant de photographies dans ces beaux jardins publics, et dont la plus part d’entre eux ignorent celui qui a construit ces jardins,  à qui ils appartiennent et pour quel objectif.
Le comble, pendant leurs présences et à leurs départs qui ne durent pourtant que quelques trente minutes maximum, ils laissent tous après eux des tas de saletés,  sachets a emballage plastique, clineex utilisés, crachats de tout genre,  peaux de bananes et d’oranges….
Les autorités municipales sont interpellées pour s’enquérir du traitement réservé aux espaces verts érigés dans notre capitale. Une éventuelle négligence observée par les autorités gouvernementales dans l’entretien de ces lieux doit désormais faire l’objet de sanction. Les maires ont-ils une seule fois effectué un déplacement en ces lieux pour s’enquérir de ces scènes  de désolation avec les occupations anarchiques des voies publiques au moment ? Si oui quelles ont été les mises en garde ou mécanismes de gestion envisagés ?
Il est temps de sensibiliser et d’éduquer les citoyens afin qu’ils prennent au sérieux ces investissements et contribuer à leurs entretiens et leurs sauvegardes .Une visite mensuelle peut  témoigner  de l’engagement des autorités municipales à assurer et offrir un cadre de vie sain aux populations.

Madou’s/Info360.info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.