Mali-CEDEAO : Non au parallélisme anfractueux !

Le dimanche 07 novembre prochain, la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) tiendra une session extraordinaire sur la transition politique encours au  Mali et en Guinée. Une rencontre d’évaluation, de prise de décisions et probablement des sanctions individuelles ou collectives contre les deux pays.

« Tenir les engagements pris dans la charte de la transition et  devant la communauté internationale ». Si tel a été le retenu de la visite dite de mise en garde faite par le Président ghanéen Nana Akufo-Addo non moins le président en exercice de la CEDEAO le 17 octobre dernier durant laquelle il a rencontré les différents protagonistes de l’arène sociopolitique malienne dont le locataire de Koulouba, le Président de la transition le Colonel Assimi Goita ; que retiendra t-on de la session extraordinaire du 07 novembre prochain ?

Des sanctions individuelles ou collectives afin d’obtenir son exigence à savoir l’organisation du scrutin présidentiel conformément au délai initial ?  Un éventuel compromis autour de la prorogation de la période convenue ? Les observations sont diverses dans l’opinion surtout en ce temps où la tension diplomatique qui règne entre le pays et la CEDEAO elle-même a enfanté l’expulsion du burkinabé Hamidou Boly, désormais ex représentant de l’organisation sous régionale .Elle  est dans son rôle de garde-fou du régime constitutionnel   dans son espace à travers la veille autour de son protocole additionnel axé sur la bonne gouvernance. Elle est à saluer pour les efforts qu’elle a consentis et qu’elle continue de consentir pour stabilité au Mali qui fait face à la fièvre terroriste depuis une dizaine d’années.

Le nécessaire compromis pour sauver le Mali

Deux pays, deux réalités sociopolitiques différentes. Confondre la transition politique malienne à celle de la République de la Guinée ne conduira qu’à l’obstruction vers l’atteinte des objectifs dont la CEDEAO entend elle-même atteinte dans son espace. La crise qui sévissait dans le pays du Fouta-Djalon est politique et le retour rapide à l’ordre constitutionnel boostera l’élan au processus de démocratisation  pris en otage par le Président déchu Alpha Condé à travers son coup d’Etat constitutionnel face au silence radio de ses collègues de la CEDEAO. Une vérité qu’il faut dire !

Au Mali, la crise est multiforme (politique, sécuritaire ,sociale ,économique ) et son traitement minutieux est sine qu’a non pour éviter le transfèrement des défis, qui ont prétexté le renversement du régime Ibrahim Boubacar Keita ,dans l’avenir . Certes, la tenue des échéances électorales en février 2022, date marquant la fin des 18 mois accordés, permettra à l’exécutif malien de dire « On n’a respecté le délai » et à la CEDEAO de dire aussi « On a fait respecter le délai au Mali » . Mais pour quel avenir ? Les différentes parties impliquées dans la gestion du pouvoir intérimaire doivent se mettre à tabler et s’attendre.

Le chemin vers le parallélisme  est anfractueux. Les élections sont à faire et tous les observateurs avertis en sont unanimes ; mais avec quel dispositif afin d’éviter une énième instabilité avant ou postélectorale ? Là demeure la question étant donné que le mécanisme classique à savoir la gestion entrelacée entre le Ministère de l’administration territoriale et de la décentralisation, la commission nationale électorale et indépendante qui n’assure plus qu’un rôle de spectateur et la délégation générale des élections a fait ses limites en terme de crédibilité, de transparence et de l’audience autour du bulletin de vote.

Sur les vingt et quatre candidats retenus pour la course à la présidentielle de 2018, dix huit ont contesté le premier  et le second tour a fait l’objet d’une crise postélectorale .Tous les deux pour les même raisons   « bourrage d’urnes ,fraude , achats de conscience ,utilisation des moyens de l’Etat par le pouvoir de l’épode » et au second tour .Quid des législatives d’avril 2020 qui n’ont mobilisé que 35,58 sur les 7 663 464 inscrits et qui a précipité la chute du pouvoir Ibrahim Boubacar Keita pour les « graves irrégularités » reprochées à l’appareil électoral  par pratiquement la quasi-totalité des participants ?

Pour amoindrir le risque de contestation qui se parachève en général en Afrique par l’intervention de l’armée comme le cas du 18 aout 2020 , la CEDEAO doit lors de la session extraordinaire du 07 novembre prochain :

-revoir sa lecture de la situation sociopolitique malienne ;

-faire le compromis avec les dirigeants de la transition malienne sur la nécessaire prorogation de la durée ;

-inscrire la refondation du Mali dans ses priorités ;

-inscrire le cas malien dans un cadre particulier comme au Tchad et le soutenir à mettre en place les recommandations des assises nationales de la refondation dont les préparatifs sont en cours par le gouvernement malien ;

– Demander à la communauté internationale de soutenir la mise en place de l’organe unique de gestion des élections ;

Seydou Konaté/info360.info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.