Mali : Vers une gouvernance endogène de la Covid19

Le Mali ne cesse d’enregistrer des cas positifs de covid19. En une semaine le pays atteint la barre de 3000 cas positifs en dépit des campagnes, de sensibilisation sur les gestes barrières et de l’affluence timide dans les centres de vaccination.

Cet état de fait qui interpelle tout le monde, les autorités sanitaires en particulier, pose également un problème de gouvernance sanitaire dans la gestion de la pandémie sur le plan communautaire. En effet, le système de santé pyramidal avec une base fortement élargie, est composé des services médicaux (centre de santé communautaire, des maternités rurales) et paramédicaux y compris les services de développement social.

En observant la gestion de la pandémie au niveau communautaire, il apparait une espèce de délaissement ou de négligences des compétences des acteurs du développement social et de l’économie solidaire.

Quand bien même que la réalisation des tests, l’administration des vaccins, la prise en charge médicale des cas de covid19, relèvent en prééminence des structures de santé via les médecins, les infirmiers, les laborantins etc ; l’adhésion, la mobilisation, la galvanisation sont du ressort des services spécialisés tel que le développement social.

Ainsi, la politique de lutte contre la pandémie doit impérativement prendre en compte les services de la mobilisation sociale et communautaire qui regorgent des stratégies et compétences pouvant contribuer à l’atteinte des objectifs. Faut-il rappeler que dans chacune des communes du pays, il existe un service du développement social.

Au regard de l’augmentation des cas positifs de covid19, de la lenteur dans l’acceptabilité du vaccin, il urge, avant d’éventuel débordement dans les centres de prise en charge, d’impliquer les acteurs des services de développement social. Il en est de même pour des légitimités traditionnelles et religieuses, des ‘’starts’’ dont le rôle demeure proéminent dans la lutte contre la pandémie au niveau communautaire et local.

Eu égard aux avantages énumérés, la conjugaison, la synergie entre ces différentes légitimités seraient déterminants et productives dans la jugulation de la propagation de covid19. Cette approche holistique n’aurait-elle pas booster les actions et efforts consentis jusque-là dans la lutte nationale contre la covid19 ?

Reconnaissons, acceptons nos limites dans la gestion de cette pandémie. Dans la même foulée, imaginons et explorons nos atouts endogènes, car le pays en a, afin d’insuffler une dynamique communautaire et participative dans la riposte contre la covid19 au Mali. L’heure n’est pas à la critique, mais à l’innovation pour contenir la propagation de la pandémie dans un pays sujet à plusieurs défis dans un contexte socio-économique et politique délétère.

UCRC-Mali

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.