Conseil de sécurité des Nations unies : « Le Mali est victime d’une campagne de désinformation  » regrette le Ministre Abdoulaye Diop

A quelques encablures de l’expiration du mandat de la MINUSMA ,la question du Mali était sur la table ce lundi 13 juin 2022 au Conseil de sécurité des Nations unies. Une table ronde diplomatique qui a aussi permis d’examiner le dernier rapport trimestriel du secrétaire général publié sur l’évolution de la situation sécuritaire et humanitaire au Mali.

Devant les représentants des pays siégeant au conseil de sécurité, le Ministre des affaires étrangères et de la Coopération internationale Abdoulaye Diop n’est pas allé avec le dos de la cuillère. Répondant aux nombreuses inquiétudes révélées par les partenaires notamment sur la situation des droits de l’homme, de la sécurité à travers une éventuelle enroulement de 2000 nouvelles recrues ou sur le plan de la Coopération avec la France, le chef de la diplomatie malienne a apporté la position de l’état malien sans équivoque : « Je voudrais commencer par dire que le Gouvernement du Mali est surpris que le rapport relève que les Mouvements signataires ont dénoncé l’enrôlement de 2000 nouveaux éléments devant être déployés dans les régions du nord dans le cadre du recrutement spécial. Le Gouvernement n’a reçu aucune plainte d’un quelconque groupe dans ce sens. »  affirme t-il.

Il a poursuivi en soulignant que sur la question du renouvellement du mandat de la MINUSMA qu’il  est essentiel que: » le mandat soit centré sur la protection des populations civiles et l’appui au rétablissement de l’autorité de l’Etat sur l’ensemble de son territoire« .

Dans cette perspective, le Ministre Diop a  signalé  qu’il  est mieux de définir et articuler la notion de protection des civils dans un contexte de guerre asymétrique: « Il y a lieu de clarifier contre qui on veut protéger les populations, sachant que la menace principale provient des groupes armés terroristes. Comment la MINUSMA peut-elle protéger les populations si elle n’est en mesure de faire face à la menace? » se questionne t-il.

La tension avec la France

Face à la demande de l’ex-partenaire stratégique c’est à dire la France d’apporter son appui aérien à la Barkhane, le Ministre Diop a opposé un niet catégorique : »Le Gouvernement du Mali exprime son opposition ferme à l’intervention sur son territoire de la force française Barkhane, après la décision unilatérale de retrait de ladite force et la dénonciation par le Mali des Accords de défense avec la France. Nous en appelons au respect de la souveraineté du Mali et des décisions prises par les autorités maliennes à cet égard » insisté t-il avant de rappeler que « Le Mali est victime d’une campagne de désinformation pour ses choix  » et qui vise à  ternir l’image des Forces armées maliennes et de les discréditer vis-à-vis des populations et de la communauté internationale.

INFO360INFO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.