L’INPS dans la tourmente : Les dessous du limogeage de Zamilatou Cissé ! Très remontés, les agents interpellent Assimi Goïta

Le départ de Mme Sidibé Zamilatou Cissé de la tête de l’Institut national de prévoyance sociale (INPS) lors du conseil des ministres du 20 octobre 2021 pour la remplacer par un autre cadre, Ousmane Karim Coulibaly, continue de défrayer la chronique. En effet, beaucoup de cadres s’interrogent sur ce départ dans la mesure où Mme Sidibé Zamilatou Cissé faisait correctement son boulot. Elle a fait sortir l’INPS des comptes rouges devenus verts aujourd’hui. Malheureusement, la ministre de la Santé et du Développement social, Mme Diéminatou Sangaré, a profité de la sortie du président de l’Office central de lutte contre l’enrichissement illicite (Oclei), Moumouni Guindo, pour la faire partir. Alors qu’en réalité, elle n’a rien à voir avec ce rapport. Ils ont fait passer un message comme quoi la directrice générale de l’INPS perçoit plus de 50 millions F CFA par mois. Ce qui est d’ailleurs “faux et archi faux”. Elle gagne moins de 10 millions F CFA. Tels sont les dessous d’un limogeage qui fait grand de bruit. Aujourd’hui, les agents de l’INPS sont très remontés et interpellent le colonel Assimi Goïta sur le cas de l’Institut. En tout cas, l’avenir de cette structure inquiète.
Pourquoi Zamilatou Cissé a-t-elle été relevée de son poste de directrice générale de l’INPS ? Quels sont les motifs réels de son départ ? A-t-elle fauté ? Est-elle impliquée dans les malversations financières ? Ne savait-elle pas travailler ? Autant de questions que beaucoup de cadres et agents de l’Institut national de prévoyance sociale (INPS) continuent de se poser depuis le départ de Mme Sidibé Zamilatou Cissé à la tête de leur service. Lors du conseil des ministres du mercredi 20 octobre 2021, la nouvelle est tombée tel un couperet : elle a été remplacée par un cadre de l’INPS, un certain Ousmane Karim Coulibaly, inspecteur principal de sécurité sociale.

Au sein de l’INPS, ce fut un silence de mort à l’annonce de cette nouvelle. La raison est très simple : beaucoup de gens n’ont pas apprécié le départ de Zamilatou Cissé, surtout qu’elle a été relevée sans aucun motif valable. Jusqu’à présent, ils n’arrivent pas à digérer ce départ de leur désormais ex-directrice générale.

“Pourquoi Zamilatou ? Pourquoi elle ? Elle a fait quoi au juste ? Nous voulons vraiment comprendre les raisons parce que, pour nous, elle fut la meilleure directrice de toute l’histoire de l’INPS. Si, c’est ça le Malikura, je pense que c’est du n’importe quoi. Comment peut-on remercier un cadre comme ça, qui fait correctement son boulot avec dignité ? Pour une fois, nous voulons que les autorités de la Transition nous donnent des explications sur le cas de Zamilatou. Nous interpellons le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, et le Premier ministre Choguel K. Maïga, de nous dire les raisons qui ont fait partir notre directrice”, proteste un cadre de l’INPS, très remonté contre cette décision de la ministre de la Santé et du Développement social, Mme Sangaré Diéminatou.

Selon nos informations, l’ex-directrice de l’INPS et sa désormais ex-patronne, Sangaré Diéminatou, étaient devenues comme “chienne et chatte”. Raison pour laquelle, la ministre Diéminatou avait tenté à plusieurs reprises de la relever de son poste. C’était “je t’aime, moi non plus”.

Il a fallu la sortie médiatique du président de l’Office central de lutte contre l’enrichissement illicite (Oclei) Moumouni Guindo, lors de la présentation de son rapport au président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, pour que la ministre Diéminatou la relève. Pour ce faire, les profiteurs ont fait croire à l’opinion nationale et internationale que la directrice générale de l’INPS perçoit plus de 50 millions de FCFA par mois. Ce qui relève tout simplement du fake news.

“Connaissez-vous une structure au Mali où le directeur est payé à plus de 50 millions de FCFA par mois ? Il n’y en a pas. C’est pour vous dire que c’est faux. Le directeur de l’INPS n’a même pas 8 millions de FCFA. Et ce n’est pas Zamilatou Cissé qui a fixé son salaire. Elle est venue trouver ce salaire. Comme tous les services de recouvrements de l’Etat, il y a des avantages accordés en cas d’atteinte des objectifs, comme c’est le cas aux impôts ou à la douane. Ce n’est pas destiné uniquement au directeur ou à la directrice, mais à tous les agents. Une manière de les motiver davantage.

Pour la petite histoire, il est souvent arrivé que Zamilatou fasse retourner certaines primes parce qu’elle n’est dans l’argent. Aujourd’hui, à cause d’elle, les opérateurs économiques ne mettent plus les pieds à l’INPS pour essayer de corrompre les agents. Elle a mis fin à tout cela.

La ministre Diéminatou a profité de la sortie de Moumouni Guindo pour limoger la directrice générale, sans raison valable. Ce qui est d’ailleurs bizarre, c’est comme si ce complot était préparé. Alors que Zamilatou n’a rien à voir dans ce rapport. Mais Dieu ne dors pas”, précise un autre cadre de l’INPS.

“Aujourd’hui, tout le monde est d’accord que l’INPS ne va plus avoir une directrice comme Zamilatou Cissé. Beaucoup de gens risquent de regretter son départ. Depuis la création de ce service, nous avons eu deux bons directeurs que les agents de l’INPS ne vont pas oublier. Il s’agit de Lassine Bouaré et de Mme Sidibé Zamilatou Cissé. La preuve, quand Zamilatou venait à l’INPS, les comptes étaient vraiment au rouge, rouge même. Elle a travaillé pour que nos comptes soient au vert aujourd’hui. Elle a mis fin à toutes les pratiques de malversations financières puisque l’INPS était devenue une vache laitière. Voilà pourquoi beaucoup de gens de l’INPS se retrouvent en prison pour avoir détourné des pensions. C’est grâce à Zamilatou que ces cas de malversations financières ont été découverts. C’est pour vous dire qu’il n’y a rien à reprocher à la gestion de cette dame.

C’est encore grâce à elle que tous les marchés dépassant 10 millions de FCFA sont obligés de passer par les procédures de passation des marchés publics. C’est toujours grâce à elle que les salaires sont faits à partir du 20 du mois. Les primes de rendement sont payées régulièrement et à temps”, précise notre source.

Autre cas, c’est le limogeage aussi de l’agent-comptable Modibo Kéïta. Il a été remplacé par un certain Ousmane Samaké, inspecteur du trésor, par arrêté n°4110 du 4 octobre 2021 du ministre de l’Economie et des Finances, Alousséni Sanou. Là aussi, ni l’ex-directrice générale Zamilatou Cissé ni l’intéressé lui-même n’étaient au courant alors que le document de l’arrêté circulait sur les réseaux sociaux. C’est sur ces mêmes réseaux sociaux que Modibo Kéita a appris qu’il a été remplacé. Pourquoi tout ça ?

En tout cas, le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, doit être regardant sur les nominations aux services de l’Etat. Il ne faudrait plus laisser le plein pouvoir aux ministres de nommer n’importe qui à la tête d’une structure aussi stratégique. Une simple enquête de moralité suffirait pour connaitre les gens.

Le départ de Mme Sidibé Zamilatou Cissé a été une erreur grave qui risque de rattraper les autorités de la Transition. Pour qui connait son parcours au sein de l’administration malienne, nous sommes convaincus qu’elle n’a pas de regret aujourd’hui pour avoir occupé des postes de responsabilités : directrice générale du Trésor public, secrétaire générale du ministère de l’Economie et des Finances, directrice de cabinet à la Primature… Qui dit mieux ?

Mme Sidibé Zamilatou Cissé a fait tout ce qu’elle pouvait. En bonne musulmane, elle va sans regret et la tête haute. Cette inspectrice de services économiques fait partie des meilleurs commis de l’Etat. Rappelons qu’elle avait été nommée directrice générale de l’INPS par le conseil des ministres du 10 juillet 2019.

El Hadj A.B. HAIDARA

Aujourd`hui

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.