Nécrologie : IBK s’en est allé et la Nation lui  rend un hommage solennel.

Les cérémonies officielles d’hommage à El Hadj Ibrahim Boubacar Keïta,  ancien président de la République du Mali ont lieu en milieu de matinée du 21 janvier 2022 sur la place d’Armes du 34 ième Bataille du Génie militaire de Bamako.
Une solennité funèbres qui a mobilisé autour du Premier ministre,  Chef de gouvernement de la transition  Dr Choguel Kokala Maïga,  le Directeur de Cabinet du défunt président, le professeur Dioncounda Traoré ancien président de la Transition de 2013 , son fils Boubacar Keita , son épouse Keita Aminata Maïga,  des anciens premiers ministres,  du corps diplomatique, d’anciens amis et fidèles compagnons , d’anciens  camarades politiques, et une foule nombreuse.
Le cérémonial très solennel à la dimension de l’homme IBK  a été marqué par des hommages, des témoignages , la sonnerie aux morts, le défilé militaire rendant un dernier  hommage à l’illustre disparu. Selon des sources  proches de ses amis,  les obsèques du président IBK  se dérouleront dans un cadre strictement familial.
La rédaction d’Info360.info vous livre ici en intégralité,  l’hommage funéraire au nom du Président de la Transition,  Chef de l’Etat  Colonel Assimi Goïta,  lu par le Grand Chancelier de Ordres nationaux le Général Sagafourou Gueye.
Pour rappelle un deuil national de 72 heures a été décrété depuis hier minuit sur l’ensemble du territoire national par le Colonel Assimi Goïta,  Chef de l’Etat en hommage au defunt.
La rédaction d’Info360.info prie pour le repos de l’âme du défunt et présente ses condoléances attristées au gouvernement de la République du Mali, au peuple malien et à la famille Keïta.
HOMMAGE FUNEBRE A L’ANCIEN PRESIDENT
DU MALI
IBRAHIM BOUBACAR KEITA
Excellence Monsieur le Président de la Transition, Chef de l’État Grand Maître des Ordres Nationaux;
Monsieur le Premier ministre, Chef du Gouvernement;
Monsieur le Président du Conseil National de Transition;
Messieurs les Anciens Présidents de la République;
Mesdames, Messieurs les membres du Gouvernement;
Messieurs les Présidents des Institutions de la République;
Messieurs les anciens Premiers ministres ;
Excellences Mesdames, Messieurs les Représentants du Corps diplomatique ici présents;
Mesdames, Messieurs les Représentants des Organisations Internationales en poste au Mali;
Monsieur le Chef d’État-major Général des Armées;
Distinguées Personnalités en vos titres, rangs et qualités tout protocole observé ;
Mesdames, Messieurs ;
  Le Messager de Dieu (Paix et bénédictions sur Lui) a dit : « Vous n’entrerez au Paradis que lorsque vous aurez cru, et vous ne croirez que lorsque vous vous aimerez les uns les autres… ». Puisse l’Insondable, l’Eternel, l’Omnipotent, dans toute sa mansuétude, accompagner de sa Grâce nos prières et notre recueillement en cette sainte et funeste matinée !
Fait de Dieu, respect du serment sacré que tout être vivant fait à son Créateur, la mort est au quotidien en nous, avec nous. C’est en cela que le verset 145 de la Sourate 3 du Saint Coran nous rappelle que ’’Personne ne peut mourir que par la permission d’Allah, et au moment prédéterminé.’’ Au respect de ce serment, nous sommes tous tenus, hommes, femmes jeunes et vieux comme nous le dit le verset 61 de la Sourate 16 :’’Puis, quand leur terme vient, ils ne peuvent ni le retarder d’une (1) heure, ni l’avancer’’                                                                             Mesdames, Messieurs ! Notre destinée à nous les Hommes, après avoir joué notre partition notre vie durant, c’est d’aller à la rencontre de l’Omnipotent, de notre Créateur, c’est de quitter définitivement la scène car comme l’écrivait Pythagore : ’’Souviens-toi bien que tous les hommes sont destinés à la mort’’. Cette mort, ce retour à Dieu, est la seule certitude que nous ayons ; et le peuple fier du Mali, déjà durement  éprouvé par les innommables épreuves qui jonchent son chemin vers l’accomplissement de son destin, vient encore d’en avoir la preuve. L’ange de la mort l’a encore frappé au cœur, lui enlevant encore un de ceux qui font son histoire un de ceux qui ont eu à cœur de mener le bateau Mali vers des eaux plus calmes vers des rivages plus accueillis.
Ibrahim Boubacar KEITA, le fils du Mandé profond vient de nous quitter, l’ancien Président de la République du Mali s’en est allé rejoindre ses ancêtres et trois de ses illustres prédécesseurs au pouvoir.
De Koutiala qui l’a vu naître le 29 janvier 1945, à Bamako qui l’a vu répondre à l’appel de son créateur le dimanche 16 janvier 2022, que de chemins parcourus, que de difficultés rencontrées, que de joies connues, que de peines endurées…Feu Ibrahim Boubacar KEÏTA fit de brillantes études qui le menèrent de l’école des grottes d’Hamdallaye (Bamako) à l’Université Panthéon-Sorbonne pour un Diplôme d’Etudes Approfondies (DEA) en science politiques, en passant par le  Lycée Terrasson de Fougères (actuel Lycée Askia Mohamed) et le Lycée Janson de Sailly à Paris. Le parcours d’excellence de ce Malien pure souche lui permet d’entrer au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) et d’enseigner à l’Université de Paris Tolbiac, ‘’les systèmes politiques du Tiers-Monde’’.
Militant estudiantin au sein de l’Association des Etudiants et Stagiaires maliens en France (AESMF), il y rencontre de futurs grands noms de la politique au Mali et y acquiert l’expérience indispensable à son parcours d’homme politique et participe avec eux à la création en 1969 du Comité de Défense des Libertés Démocratiques au MALI. Toute cette expérience acquise Outre-mer, Ibrahim Boubacar KEITA va la mettre au service de son pays dès son retour en 1986.  Dans le cadre de ses activités professionnelles, il parcourt le Mali profond, surtout les régions du Nord. Il en profite pour y nouer de solides relations. Son engagement politique pour plus de justice sociale, le mène à militer dans le mouvement démocratique, alors clandestin, dont la lutte va aboutir aux événements de mars 1991.
Membre fondateur de l’Alliance pour la Démocratie au Mali (ADEMA) dont il assurera la Présidence de 1994 à 2000, le Président va fonder en juin 2001 le Rassemblement pour le Mali (RPM), Parti membre de l’Internationale Socialiste. C’est à la tête de ce Parti qu’il accède au pouvoir suprême après les élections de 2013 pour un mandat de cinq (5) ans.
Militant et responsable à l’ADEMA, Ibrahim Boubacar KEITA assumera les charges de Ministre des Affaires Etrangères, et de Premier ministre. Président du RPM, il sera député, Président de l’Assemblée nationale et…Président de la République du Mali, de 2013 à 2020. C’est cet homme d’envergure capable de mener des actions réfléchies selon les termes de Didier Roque, que nous menons à sa dernière demeure.
Homme engagé pour la paix, l’homme avait le Mali chevillé au corps et dans l’âme. La sécurité et la paix, fil d’Ariane de son programme présidentiel l’ont conduit à la mise en œuvre accélérée de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali issu du processus d’Alger. Parmi les axes développés pendant sa magistrature figure la loi portant Statut de l’Opposition au Mali, la loi sur l’équité genre qui donne aux femmes 30% des postes électifs et/ou nominatifs, la loi de programmation militaire et surtout celle portant relecture du Statut de l’Armée qui confère entre autres, des avantages aux ayants-droits des militaires tombés sur le champ d’honneur.
L’homme était tout entier, avec des convictions fortes. La 32ème Assemblée de l’Union Africaine l’a ainsi désigné comme le Champion de l’organisation continentale pour les Arts, la Culture et le Patrimoine. Feu Ibrahim Boubacar KEITA, est Grand Croix de l’Ordre national du Mali, Grand Croix de la Légion d’Honneur de France et Commandeur de la Légion d’Honneur de France
C’est en reconnaissance de tout ce qui précède, que le Peuple fier et digne du Mali, les Autorités en charge des destinées de ce Peuple, lui rendent un dernier hommage. Notre Peuple doit se dire que seule l’union fait notre force et que des moments de communion pareils où, ici et maintenant, se trouvent dans la même commisération, des frères et sœurs, d’opinions et de perception différentes certes, mais des Maliens avant tout, est un symbole fort de ce que nous pouvons et devons réussir pour la refondation de notre cher pays.
Au nom de Son Excellence, Monsieur le Président de la Transition, Chef de l’Etat, Grand Maître des Ordres Nationaux, au nom des membres du Conseil des Ordres nationaux et en mon nom propre, je présente à la famille, aux parents, amis, Alliés, anciens Compagnons et collaborateurs de l’illustre disparu, mes condoléances les plus attristées.
A sa compagne de tous les jours, à celle qui a été de tous ses combats, je dédie ces vers qu’il lui déclamerait de l’autre côté :
Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.
Priez, souriez, pensez à moi, priez pour moi.
Que mon nom soit prononcé à la maison comme il l’a toujours été… la vie signifie tout ce qu’elle a toujours été…le fil n’est pas coupé. Pourquoi serai-je hors de vos pensées simplement parce que je suis hors de votre vue ? Je ne suis pas loin…juste de l’autre côté du chemin.’’
Dormez en paix, Ibrahim Boubacar KEITA, la patrie reconnaissante ne vous oubliera jamais.
Puisse nos vœux et nos prières converger vers Allah le Très Magnanime par essence et par excellence, afin qu’il vous accueille dans son Paradis, parmi ses serviteurs vertueux.
Que la Terre vous soit légère, AMEN !
 -Mesdames, Messieurs nous vous prions de bien vouloir vous levez s‘il vous plaît.
 AUX MORTS !
-Veuillez bien vous rasseoir s’il vous plaît !
 Je vous remercie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.