Le monde dangereux des enfants de la rue à Bagadadji : Le jeune artiste chanteur mailen repondant à l’appellation ,Lil Dou, une solution pour mettre fin au fléau!

Ces enfants sont dans la rue malgré eux-mêmes. Ils, le sont car contraints de quitter la maison paternelle soit par ce qu’ils ont abandonnés l’école à bas âge, soit par ce qu’ils ne parviennent pas à travailler en essayant de contribuer aux besoins de la mère, soit par ce qu’ils n’ont plus leurs mères au foyer paternel, soit par ce qu’ils orphelins de père et de mère, etc….Et, quand, ils sont chassés de la maison, ils nont plus où aller habiter et s’épanouir.Ils vont donc habiter la rue avec d’autres enfants vivant dans la même condition comme eux. Là-bas, généralement,ils vont se débrouiller pour essayer de survivre en pratiquant la délinquance.

Cela a pour conséquences, la dépravation des mœurs, le banditisme de grands chemins, les braquages souvent mortels de paisibles citoyens, les grossièretés verbales, la violence sous toutes ses formes…Ils vont, adopter également des comportements excessifs. C’est alors dans cette rue, que désormais, l’enfant va apprendre à sentir beaucoup de choses. Il veut signifier désormais son existence avec des mots et même des comportements qui sont parfois violents et vulgaires. Dans la rue, l’enfant entre en compétition avec d’autres enfants qui cherchent à bénéficier de l’intervention des personnes qui peuvent les redresser et les orienter et les assister. Il veut exprimer les sensations d’espoir, de liberté, de résignation, de résilience, de crainte, etc….qu’il ressent quotidiennement.

Il devient donc urgent et prioritaire pour tous, de contribuer à sortir l’enfant définitivement de sa vie dans la rue, a fin qu’il entame une nouvelle étape finale de sa carrière.

Le constat est qu’au Mali, il y a pourtant des centres et associations de formation, de réinsertion et de rééducation des enfants de la rue, des pouponnières d’accueil et de placement d’enfants orphelins . Le cas qui nous concerne dans notre article du jour et celui du monde des enfants de la rue au niveau du quartier historique de Bagadadji en commune II du District de Bamako. Dans les environs de la grande mosquée et dans certaines rues de Bagadadji, ils sont nombreux ces enfants de la rue. Ils consomment excessivement des stupéfiants, ils sont versés dans le petit vol, la violence. Ces enfants pourtant sont doux , sincères et sont pleins de génie. Comment sont-ils devenus enfants de la rue , peuvent-ils un jour retrouver leurs familles et être réinsérés dans la société pour participer à l’édifice national ?

L’artiste chanteur, Lil Dou est un enfant du monde de la rue à Bagadadji. Il y a quelques 4 ans seulement, il vivait là-bas avec ses camarades de la rue quand il avait été contraint de vivre en dehors de la famille.

C’est à travers nos confrères de Joliba TV, dans son émission Rap du 27 décembre 2023, que nous avons découvert , ce jeune plein de génie , très ému, mais fier d’être parmi les tiens avec humilité, un langage particulier de la rue. Il était dans une communication de masse qui ne disait pas son nom. Ses interventions et messages, ce jour-là sur Joliba TV, allaient dans le sens de la motivation, de la sensibilisation à l’endroit de ses amis du monde de la rue à l’endroit de nous tous en rapport avec ce fléau juvénile dramatique pour les garçons que pour les filles. Nous pouvons conclure que cette sortie conviviale de Lil Dou, avait pour objectif de développer un moyen pédagogique et efficace pour sortir définitivement ses anciens camarades du monde de la rue.

Ayant été lui-même enfant du monde de la rue entre 2018 et 2019, à Bamako, aujourd’hui avec sa notoriété, son charisme , sa légitimité grâce à son genre musical, Lil Dou peut désormais jouer le rôle d’interface entre les acteurs de la rééducation et de la resinsertion des enfants qui sont dans le monde de la rue . » Dans la rue , un enfant en général retrouve le sentiment qu’il n’a jamais trouvé avec ses parents, il y trouve un attachement à hauteur de souhait, il y trouve une place qui satisfait ses besoins identitaires, affectifs, sociaux, matériels. Le besoin identitaire chez un enfant qui se trouve dans la rue est l’un des plus importants, » pouvait-on interpréter et transcrire ses propos lors de cette émission à Bagadadji.Le langage de Lil Dou auprès des enfants de la rue, est un véhicule pour la socialisation de ses camarades. Mûr à son jeune âge, il sait déjà valoriser ses anciens camarades » la rue apprend à sentir beaucoup de choses, » a-t-il expliqué.
Il aime ses camarades, durant l’émission, il dit toujours à ses camarades qu’il les aime. Cela est un facteur de tendresse, de dire à l’autre qu’on l’aime et que l’on tient à lui, surtout dans les relations qu’ils ont entre eux, les enfants.

Les enfants vivant dans la rue ont malgré eux , souvent un langage de la violence et de l’agressivité. Parfois, ils utilisent ce langage pour signifier le besoin d’établir une relation au sein de laquelle, ils auraient une place en tant que sujet. « On était ensemble dans la rue. Il est parti nous laisser seuls ici. C’est nostalgique. Nous sommes dans la rue malgré nous-mêmes. Nous sommes rejetés et mis à la porte par nos parents. Sa visite ici parmi nous est un acte très significatif pour nous et cela nous marque fortement,  » a déclaré Soul un de ses amis qui sous le coup de l’émotion a coulé des larmes.

A lire, aussi, le pas de Lil Dou vers ses amis de 2018-2019

« Après quelques temps passé dans la musique en dehors de mes amis , j’ai demandé à voire Soûl, qui est mon ami d’enfance de la rue, afin que je puisse venir au grin pour une causerie conviviale avec tous. C’est le destin qui a fait son chemin sur moi. En quittant la rue pour aller à une prestation sur invitation spontanée et surprise , je n’ai jamais pris la décision de laisser et oublier définitivement mes camarades ici. En partant, je les ai dis que je vais partir et retourner tout de suite en ignorant que chacun a son destin déjà tracé par Dieu. Et, c’est quand, je suis allé que Dieu a décrété ma situation actuelle de jeune artiste chanteur, venu tout droit de la rue. Je ne comprenais rien de l’humanité. J’étais déséquilibré et sans espoir pour ma vie ici dans les rues de Bagadadji. J’avais été mis à la porte par ma mère. Après des interventions, ma mère m’a pardonné et j’ai pu avoir accès au domicile paternel. J’etais très pressé de revenir à la maison auprès de ma mère,  » a-t-il dit dans notre essai de transcription de ses propos en langue nationale Bamanankan.

A lire , aussi, le désire ardent des enfants de la rue de Bagadadji de regagner leurs familles définitivement et être actifs positivement

Tous les enfants de la rue
de notre groupe de camarades, veulent retourner chez eux , auprès des siens. Pour ma part, en retournant à la maison, ma mère m’a alors dit qu’à défaut d’aller à l’école, il faut que je pratique un métier. Je me suis essayé dans beaucoup de metiers avant de trouver ce chemin de la musique. J’ai même été un laveur de véhicules, » a-t-il temoigné. Il a ensuite poursuivi qu’aujourd’hui « en me retrouvant parmi mes camarades de la rue, on dirait que j’ai quitté ici hier seulement, et aussitôt , je suis de retour. C’est la même chaleur amicale, ».

A lire , aussi, Lil Dou , un musicien artiste humain

Pour contribuer à sortir ses camarades de la rue, Lil Dou dans un ton responsable a déclaré  » il est temps également, que nous soyons solidaires et s’entraider, continuer ensemble et changer d’attitude et de comportement pour l’humanité. Nous ne devons jamais accepter de rester sans rien faire et croire à la fatalité. Je ne suis pas un étranger ici à Bagadadji, et je suis parmi les siens, ». Cependant, il a précisé qu’il ne va jamais sortir dans une vidéo pour lancer un S.O.S en faveur de ses amis et camarades d’enfance de la rue pour essayer de détourner et profiter des dons reçus. « Non! Partout où nous sommes ou que nous soyons, sachons que les enfants ont besoin d’assistance et d’accompagnement et d’affection. Ils veulent sentir la chaleur amicale et leurs mères. Les parents ne doivent jamais se séparer de leurs enfants , par ce qu’ils ont abandonné l’école ou ont refusé de travailler. Cela va désorienter l’enfant et le pousser dans une aventure incertaine. Quand il va grandir dans la rue, il va devenir sans pitié. C’est comme si tu avais arrêté la mère et le père de cet enfant en face de lui et les fusiller à bout portant. Cet enfant sera désormais sans sentiment et sans pitié dans la vie et cela est grave dans une société. Aujourd’hui, il est donc important de penser à l’avenir des enfants de la rue. Ils ont besoin d’affection, d’assurance et d’assistance pour matérialiser le génie qui dort en eux et qui peut servir le pays. Ce n’est pas par ce qu’on est enfant pauvre dans la rue qu’on ne peut pas être utile un jour pour sa famille et son pays, non. Je sais de quoi je parle car j’ai vécu ça et je sais ce que cela me faisait dans mon isolement par ma famille , comme étant un oisif. Il est très dur de se sentir isolé et oublié dans la vie, surtout par ta mère et ton père. Un enfant a toujours besoin de sentir mieux auprès de ses parents quelque soit la situation de ceux-ci. C’est très important. Un enfant qui se trouve en permanence dans la rue auprès de ses amis , par finir, il oubliera à jamais ses parents. Ses parents seront désormais ses amis de la rue . C’est avec ceux-ci, il trouvera le vrai et sincère amour. Dans la rue nous nous aimons entre nous, nous nous conseillons entre nous et nous nous assistons.

A lire, aussi , le témoignage sur Lil Dou

« Ici Lil Dou est avec nous. Nous le saluons et le remercions. Il est venu nous voire aujourd’hui et nous sommes fiers de lui. Il est un exemple de réussite pour nous. Nous prions pour lui et sommes reconnaissant envers lui car ils nous a apporté une aide et des conseils utiles. Nous sommes dans la rue aujourd’hui par défaut. Nous voulons sortir de cette vie de la rue. Nous avons besoin d’assistance. Nous voulons retourner vers nos mères et pères. Nous détestons la vie que nous menons aujourd’hui, nous la regrettons, mais que faire quand on y peut rien tout seul, » s’est exprimé en ces termes un ami de Lil Dou . Ce dernier a ajouté que tu peux rentrer dans le monde de la rue, mais que pour sortir de ça, c’est très difficile. « Aujourd’hui, et tout de suite, mon rêve est de me retrouver à la maison auprès de mes parents. Mais je ne peux pas car là c’est rentré dans mon sang et j’ai duré dans ça. Ces enfants, il faut le souligner sont comme des microbes dans certains termes, des petits voleurs nuisibles et dangereux. Ce qui fait que souvent, ils sont mal traités et parfois subissent des violences de toutes sortes. Souvent ils se retrouvent interpellés dans les commissariats de police. De nombreuses personnes et associations , ONG, profitent beaucoup de la situation de ces enfants pour s’épanouir, car les aides collectées ne parviennent jamais à eux.

A lire , aussi Lil Dou passe le réveillon auprès de ses camarades et a passé son concert du 6 janvier avec eux à la place du cinquantenaire de Bamako

Lil Dou, pense beaucoup à ses camarades de la rue. Il a célèbré le réveillon avec eux , il les a invité à son concert du 6 janvier dernier sur la place du cinquantenaire où il a réussit, une prestation mémorable. Maintenant, il est entrain de réfléchir sur le comment assister et accompagner durablement ses camarades qui sont toujours dans la rue avec pour objectif de les rendre actifs et utiles à leurs familles et à leur patrie. « Nous sommes entre nous, nous nous comprenons entre nous, et je sais que je vais réussir à les faire sortir définitivement de ce milieu dangereux qui peut fabriquer de grands bandits pour la société, » a-t-il assuré

En fin, la survie d’un enfant dans la vie ne le valorise pas avec le génie qu’il cache en lui et qui peut être utile pour lui, sa famille , ses amis et son pays. La vie d’enfant de la rue n’est pas un processus simple. Ce processus comporte pour l’enfant de nombreux enjeux et questionnements. Il n’est jamais facile de sevrer un enfant de son monde de la rue pour qu’il entame, le processus de sortie , car il s’identifie désormais à ce monde de la rue, avec un sentiment d’appartenance et d’attachement.

Comme on le voit ici, Lil Dou pourrait s’imposer comme un médiateur, un éducateur, un coach, acteur social par rapport à son environnement proche ou lointain pour jouer un rôle important dans la sensibilisation, la motivation, l’engagement de ses camarades du monde de la rue de sortir définitivement de cette situation dramatique.

Madou’s CAMARA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *