Paludisme : une maladie plus meurtrière qu’escomptée selon l’OMS

La lutte contre les ravages du paludisme a été estompée par l’épidémie de covid-19. Elle n’en demeure pas moins prioritaire. Le continent africain dénombre à lui seul 96 % des décès imputables au paludisme enregistrés dans le monde en 2020. Le rapport 2021 de l’Organisation mondiale de la Santé sur le paludisme dresse le bilan de l’année passée et réitère ses appels à la mobilisation.

En 2021, le paludisme continue de tuer un nombre considérable de personnes dont une majorité d’enfants. Pire, il est, selon la nouvelle méthode d’analyse de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), plus meurtrier qu’escompté.

« Les enfants âgés de moins de cinq ans constituent le groupe le plus vulnérable touché par le paludisme ; en 2019, ils ont représenté 67 % des décès imputables au paludisme dans le monde (soit 274.000) », rapportait l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le 28 octobre 2021. Lire la suite: 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.