Evènement mondial de l’eau à Dakar du 21 au 23 mars 2022 : Le Mali a une réserve statique de 2700 milliards  m3  d’ eau et  66 milliards m3 d’eau renouvelable par an 

« L’eau est l’élément le plus précieux et le plus essentiel de la nature, et pourtant le plus fragile » avait déclaré LOÏC FAUCHON, Président du Conseil Mondial de l’Eau. Et, notre planète terre, est pleine d’eau. Malgré tout des  millions de ses habitants souffrent de la disponibilité et de l’accessibilité à l’eau potable,  ils ont toujours soif. Cela est particulièrement le cas en Afrique et précisément au Mali, pays sahélien qui selon des statistiques disponibles auprès de la Direction Nationale de l’Hydraulique et de l’eau, dispose de 2700 milliards  m3  de réserve d’ eau statique avec un taux de renouvellement annuel de 66 milliards de m3.
Selon les mêmes sources le Mali a un taux d’accès pour l’eau estimé à 69,9% au niveau national et de l’ordre de 35 % pour l’assainissement. L’ accès de tous aux services d’eau potable et d’assainissement couplés avec d’autres défis tels la  gouvernance, le financement (3,6%° budget national) la redevabilité, la durabilité, la sécurité et bien d’autres constituent autant de motifs qui justifient l’impérieuse nécessité de la présence du Mali dans son combat permanent datant des décennies afin de soulager  les populations de l’urgente problématique d’accès à l’eau potable pour améliorer leurs conditions de vie, à ce rendez-vous mondial pour l’eau. Au double forum de Dakar , le Mali aura une grande opportunité à saisir à travers la participation de haut niveau des acteurs clefs impliqués dans la promotion du secteur de l’eau et de l’assainissement de notre pays. C’est dans ce contexte de défis et enjeux à relever pour notre pays , que la délégation malienne de haut niveau conduite par le Ministre Lamine Seydou Traoré des Mines de l’Energie et de l’Eau , est invitée à prendre part à la célébration du forum mondial de l’eau édition 2022  et au 9ième Forum Mondial de l’Eau du 21 au 26 mars 2022 à Dakar.
C’est ainsi que dans la mi-matinée du mercredi 16 mars 2022, M Djouro BOCOUM,  Directeur national de l’Hydraulique et de l’eau avait le plaisir de recevoir dans la salle de conférences de l’hôtel de l’amitié , une quarantaine de journalistes de la presse  nationale publique et privée . »La délégation de haut niveau ministériel,  comprenant des partenaires techniques et financiers du Mali, des acteurs agricoles,  miniers ,énergétiques sera  à Dakar pour faire un plaidoyer de haut niveau en faveur de la mobilisation des eaux souterraines pour le bien être social et le développement du secteur de production » a expliqué M Bocoum.
Dans son exposé liminaire , M.Bocoum nous a livré  dans une salle  bien remplie en plus de journalistes, des experts et partenaires techniques et financiers mobilisés aux côtés du gouvernement malien, des réponses sincères sur  la célébration de la Journée et le sens de la participation malienne à cet important rendez-vous mondial de l’Eau. Cette édition  2022  dont le thème  porte sur « Les eaux souterraines,  rendre visible l’invisible« , et le 9ième Forum Mondial de l’Eau édition 2022 à Dakar avec pour thème« La sécurité de l’eau pour la paix et le développement» visent à rassembler des acteurs politiques clés, des chefs d’entreprise, des OSC, des ONG, des donateurs et des organisations internationales. Ces deux grands évènements auront lieu du 21 au 26 mars 2022  à Dakar et ont des enjeux pour le Mali.
Selon M.Bocoum,  parallèlement à cette journée mondiale se tiendra le 9 ième forum de l’eau. Une opportunité à ce niveau pour la délégation ministérielle malienne d’informer sur les enjeux du secteur de l’eau au Mali, accroître la visibilité du secteur auprès des bailleurs internationaux afin de mobiliser plus d’ investissements, plus de financements pour la réalisation des ODD6. Selon nos informations,  53 des 169 cibles des ODD sont liées aux eaux souterraines. » La présence  du Mali à ce 9 ieme forum de l’eau va contribuer fortement à l’atteinte des objectifs des secteurs de production  énergétique   alimentaire  minières,  navigation,  pêche, élevage,  écosystèmes, et de s’approprier des expériences au niveau mondial en matière de gestion des services d’eau et d’assainissement » a également évoqué M.Bocoum.
Des informations données, ont permis  à la presse de savoir que le Mali ,un des rares pays de l’Afrique subsaharienne  à ces deux grands rendez-vous du monde de l’eau , va disposer d’un pavillon au forum. Un tel honneur fait à notre pays , lui permettra d’exposer l’enjeu et les intérêts pour le Mali d’ accroître sa visibilité auprès des partenaires  financiers dans le domaine par exemple de l’eau potable. Une réunion de haut de niveau table-ronde des bailleurs aura lieu pour le financement du projet d alimentation en eau potable 3ème et 4ème phase à partir de kabala.
Pour M.Bocoum, en marge de tous ces évènements,  il y’aura également  une journée dédiée au Mali à Dakar. Un panel de haut niveau présidé par le Ministre des Mines de l’Energie et de l’Eau Lamine Seydou Traoré et comprenant des ministres d’autres pays, PTF et privés sera également organisé pour le rehaussement du Mali. La conférence de presse à laquelle ont aussi intervenu des experts et partenaires techniques et financiers du Mali, a permis aux journalistes de se rendre à l’évidence que l’eau souterraine est invisible, mais son impact est visible partout. Ainsi les journalistes seront à mesure  d’informer et à sensibiliser les décideurs sur la problématique thématique.
Il faut rappeler que l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté le 22 décembre 1992 la résolution A/RES/47/193 qui déclara le 22 mars de chaque année « Journée mondiale de l’eau », à compter de l’année 1993, conformément aux recommandations de la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement (CNUED). Par définition, les eaux souterraines sont des eaux qui existent sous terre dans les aquifères, formations géologiques de roches, de sables et de graviers où sont retenues des quantités d’eau importantes. Elles alimentent les sources, les cours d’eau, les lacs et les zones humides, et s’écoulent vers les océans.
Les réserves en eaux souterraines au Mali valent mieux que le pétrole. Nous osons donc espérer que la participation de haut niveau du Mali à ce double évènement de Dakar, permettra aux acteurs nationaux et internationaux de renforcer davantage leurs capacités et compétences sur l’enjeu du secteur de l’eau et de l’assainissement, d’assurer la visibilité du secteur auprès des bailleurs internationaux. Il s’agira également d’attirer plus d’investissement permettant d’accélérer le financement des programmes nationaux eau et assainissement en vue de l’atteinte de l’ODD6 et de permettre au Mali de s’approprier des bonnes pratiques au niveau mondial en matière de gestion de l’eau souterraine est invisible, mais son impact est visible partout.
Mamadou Camara info360.info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.