La fine pointe de carême Chrétienne arrive en Grand Silence

La Semaine Sainte Chrétienne  débute la semaine prochaine et plus  particulièrement, le Triduum Pascal de la Passion et de la Résurrection du Christ, du soir du jeudi 15 au soir du samedi 17 avril 2022 ,veille de Pâques .Pâques est la plus importante fête de la chrétienté ,qui commémore le passage physique de Jésus-Christ de la mort, à la suite de sa crucifixion. D’où toute l’importance et la nécessité inébranlable pour la Communauté Chrétienne dans le monde entier à commémorer la Passion du Christ.
Selon des amis et frères  catholiques, ces trois jours constituent le sommet de l’année liturgique car c’est par sa mort que le Christ a détruit la mort et c’est en ressuscitant qu’il a restauré la vie. Pendant cette période dans l’Église catholique, on y lit le récit de la Passion du Christ. On entend par la Passion du Christ , l’ensemble des souffrances et supplices qui ont précédé et accompagné la mort de Jésus de Nazareth.
En allant chercher plus loin le sens du mot latin Triduum , qui signifie trois jours. Nous avons été également curieux de savoir pourquoi ces 3 jours sont bien particuliers dans la vie de l’Eglise. C’est ainsi que nous été agréablement enseigné par nos amis et frères Chrétiens que ce sont ces trois jours qui les préparent à la fine pointe du carême qui est la fête de Pâques. Ces trois particuliers sont : jeudi, vendredi et samedi Saints.
Le jeudi Saint selon nos informations reçues est dédié à deux célébrations , la Messe chrismale ( au cours de laquelle, l’évêque va bénir les saint  d’huiles qui serviront pendant toute l’année pour les sacrements: le sachreme , l’huile des catéchumènes et celle des malades). Cette Messe réunit tous les prêtres disponibles  du diocèse autour de l’évêque.  » Dans la plus part des diocèse  au Mali, cette Messe est célébrée entre le lundi et le mercredi saints afin que les prêtres puissent y prendre part pour être disponibles le jeudi saint dans leurs paroisses respectives. La Cène du Seigneur est célébrée le soir du jeudi saint . » Avec Jésus , nous revivons grâce à la liturgie,  ce moment extraordinaire où, faisant de ses apôtres de prêtres selon son Cœur, il leur livre le mystère eucharistique de son Corps et de son Sang », nous rapporte un fidèle. « La particularité de cette Messe est qu’elle commence par le lavement  des pieds. Comme Jésus l’a fait pour ses apôtres, le prêtre va laver les pieds de quelques  fidèles. Puis la Messe se poursuit avec le rappel éminent du don du Christ, la veille de sa mort, de son Corps et de son Sang , le pain devient le Corps livré si Christ , le vin devient son Sang versé » a-t-il poursuivi.
D’après nos recoupements, cette liturgie du jeudi saint s’achève par une procession solennelle où les hosties concentrées au cours de cette Messe et qui serviront le lendemain,  sont apportés reposoir . Pour honorer Jésus Eucharistie,  c’est un autel que l’on orne de fleurs,  de cierges , de tissus précieux . Les fidèles sont invités désormais à accompagner par leur leur prière silencieuse devant le reposoir Jésus qui entre en son agonie comme lui-même l’avait demandé à ses disciples à Gehtsémani:  » Veillez et priez »
Le  deuxième jour du vendredi  saint est marqué dans beaucoup de paroisses par le chemin de Croix. « Quatorze stations où nous pouvons suivre Jésus dans sa passion et méditer tout ce qu’il a souffert pour nous libérer de l’esclavage du pêché. Mais la grande action  liturgique de ce jour , c’est le soir avec la célébration de la Passion . Il ne s’agit pas d’une Messe ,puis que de manière extraordinaire,  l’Eglise durant ces deux jours vendredi et samedi ne célèbre plus de Messe », nous a précisé un prêtre.
Cet Office débute de manière saisissante par une grande prostration. Les prêtres arrivés en silence, s’allongent de tout leur long et les fidèles sont invités à être à genoux » Nous a t’il précisé avant de d’expliquer que l’office se poursuit par la liturgie de la Parole et en particulier la lecture d’un des Évangile de la Passion. Après une courte homélie débute  la grande prière universelle du vendredi saint où l’Eglise devant son Seigneur crucifié, implore Dieu pour elle-même et pour le monde entier . On apporte ensuite de manière solennelle un crucifix voilé qui sera dévoilé en trois étapes avant que les fidèles ne soient invités, à la suite des prêtres à venir l’embrasser en signe d’amour pour le vénérer.
Cette procession est particulièrement marquée un Chant traditionnel les  » impropères »…un Chant extraordinaire plein d’ émotion dans lequel Dieu lui-même s’adresse à nous:   » Ô mon peuple que t ai-je fait  »   je suis venu par amour pour toi, et toi tu m’as crucifié,  tu m’as flagelle, tu m as insulté… »ensuite on apporte les hosties consacrées la veille et conservée en dehors de l’église pour la communion des prêtes et fidèles qui le désirent. L’office du vendredi saint se termine sobrement,  en silence avec le dépouillement des autels symbole d’une Église qui désormais médite en silence la mort de son Seigneur et sa mise au tombeau . S’ouvre alors ce moment mystérieux que l’on appelle le Grand Silence. Plus aucun sacrement n’est célébré et à part le Chant du matin le samedi de l’office des ténèbres (comme le jeudi et le vendredi saints matin ) , c’est dans le silence complet que l’Eglise médite et prie en attendant que puisse surgir dans la nuit du samedi au dimanche le Chant joyeux de l’Exultet annonçant à toute la terre ce bouleversent historique : le Christ est ressuscité.
Madou’s Camara

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.