Éducation, culture, sciences et information : Audrey Azoulay réélue à la tête de l’Unesco 

La Française, Madame Audrey Azoulay, qui n’avait  pas de concurrent face à elle lors du vote, a été reconduite à la tête de l’Unesco -organisation pour l’éducation, la science et la culture-pour un second mandat de quatre ans.  Sur 58 membres, elle obtint 55 voix contre 2 abstentions et 1 absent, au 212è Conseil exécutif de cette organisation onusienne. Madame Audrey Azoulay est une grande amie du Mali où elle demeure engagée et déterminée au service de l’amélioration des conditions de vie des populations.
« Fière et reconnaissante au Conseil exécutif Unesco,  pour la confiance exprimée avec un vote qui marque l’unité des Etats membres. En attendant la décision de la Conférence générale en novembre, je reste engagée à mettre en haut de l’agenda mondial  » a-t-elle déclaré sur son compte Twitter du 13 Octobre 2021.
La Directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay, née le 4 août 1972 à Paris, est une haute fonctionnaire et femme politique française, elle a déjà occupé le poste de ministre de la culture en France . L’Organisation des Nations unies pour l’Éducation, la Science et la Culture, a son siège à Paris, et 58 pays siègent au Conseil exécutif. Cette réélection selon des sources proches du Conseil exécutif, est le fruit de son bilan positif et ses projets d’avenir. Mais également son action en faveur de la stabilisation politique  et la visibilité de l’Unesco.
Pour en venir là, il a fallu une précampagne efficace et discrète  auprès notamment de la Chine, devenue la première contributrice de l’Unesco depuis le retrait des États-Unis en 2018. Pékin n’a pris que quelques semaines de réflexion avant de rallier Audrey Azoulay. Elle a également dû s’assurer des suffrages du bloc des pays africains qui sont restés unis. La France et l’Europe étaient déjà globalement acquises à la cause de la DG (la Hongrie et la Pologne ont certes demandé un effort particulier), de même qu’un solide socle de pays arabes.
Le vote du jour sera  validé par la Conférence générale de l’organisation en novembre.
La Directrice générale de l’Unesco fraîchement élue hier à la tête de l’agence onusienne doit publier l’été prochain, un état des lieux des conséquences de la Covid19, sur l’éducation et la culture dans le monde. Au chapitre des projets pour son second mandat, Audrey Azoulay entend mettre l’accent sur le digital, notamment avec l’élaboration d’un « code d’éthique » pour l’intelligence artificielle, et « l’éducation de demain », avec la formation des jeunes aux enjeux de l’environnement et de l’information. Pour respecter sa vocation de « construire des barrières à la guerre », l’Unesco doit par-dessus tout rester un «laboratoire d’idées», souligne-t-on au siège de l’organisation.
La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.