Affaire de pédophilie dans le basket-ball national:  La FIBA impose des sanctions injustes à l’encontre de certains dirigeants maliens

Il y a seulement 24 heures, que le président de la fédération malienne de Basket-ball, Me Jean-Claude SIDIBÉ, lors d’une conférence de presse qu’il animé sur la politique sauvegarde dans le cadre de la lutte contre les abus, harcèlements sexuels des enfants, en milieu Basket-ball, annonçait que le Mali a désormais la confiance de la FIBA.
Il venait de participer au nom de la Fédération malienne de Basket-ball au congrès de Maputo où il a plaidé la cause du Mali, notamment la mise à l’écart de certains dirigeants du basket-ball malien suite à l’affaire de pédophilie qui avait secoué, il y a deux ans de cela, le basket-ball national et international. Pourtant ,le Mali, lors de ce congrès avait eu le soutien de l’ensemble des délégués qui avaient trouvés injustes la mise à l’écart en magnifiant leur confiance au Basket-ball malien et à ses dirigeants. Mais voilà subitement, pour un agenda caché, que le Mali, se fait casser le sucre dans son dos par une main ennemie et invisible au dedans à travers ces sanctions injustes contre ces dirigeants qui n’étaient jusqu’à présent qu’écartés de toute activité FIBA. Pourquoi, ceux là qui sont suspendus ne sont pas sanctionnés mais juste ceux qui étaient mis à l’écart.

En sommes, cette décision de FIBA est regrettable et intriguante au moment où le leadership payant de Me Jean-Claude SIDIBÉ depuis son arrivée à la tête de la Fédération malienne de Basket-ball il y a un semestre est en train de restaurer l’image de notre pays dans cette discipline sportive qui a porté haut le drapeau national partout au monde. Toujours investi et engagé contre toutes formes de violences dans le milieu du Basket-ball national.

Selon nos informations, les victimes de ces sanctions injustes sont : Amadou Bamba (ancien entraîneur de l’équipe nationale du Mali) est suspendu à vie de l’exercice d’une fonction ou de la participation à toute activité de la FIBA ou liée à la FIBA, en plus d’une amende de 80 000 CHF.
Harouna Maiga (ancien président de la FMBB) est suspendu de huit ans d’exercer une fonction ou de participer à toute activité de la FIBA ou liée à la FIBA, en plus d’une amende de CHF 20 000.
Seydou Maiga (ancien secrétaire général de la FMBB) a six ans de suspension d’exercer une fonction ou de participer à toute activité de la FIBA ou liée à la FIBA, en plus d’une amende de CHF 10 000.Amadou Traore (ancien 1er Vice-président de la FMBB) est suspendu de quatre ans de l’exercice d’une fonction ou de la participation à toute activité de la FIBA ou liée à la FIBA, en plus d’une amende de CHF 5 000. Fatoumata Diallo (ancienne entraîneuse adjointe de l’équipe nationale du Mali) est suspendue de deux ans de l’exercice d’une fonction ou de la participation à toute activité de la FIBA ou liée à la FIBA. Et il est mentionné à la suite que dans le cadre des sanctions, les parties sont tenues de suivre une formation de sauvegarde approuvée par la FIBA avant l’expiration de la sanction et comme condition préalable à leur retour à la FIBA ou à des activités liées à la FIBA.

Les dirigeants sanctionnés vont-ils rester les bras croisés face à cette injustice intrigante qui entame leurs réputations ?. Pour le triomphe de la vérité et pour restaurer leurs réputations et l’image du Mali, ces dirigeants suspendus ne devraient-ils pas contester face à cette affaire et contre les juridictions helvétiques.

Nous dénonçons ici toutes formes de destabilisations du Basket-ball national qui pourraient empêcher les enfants de s’epanouir et de porter haut leur pays.

Affaire à suivre…..

Info360.info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *