Justice: Un magistrat doit comparaitre pour non discrétion !

Le magistrat de grade exceptionnel Cheick Mohamed Chérif KONE, a été convoqué par voie d’huissier , le lundi 30 mai 2022. Il devrait ainsi comparaitre ce 1 er juin en audience pour être jugé devant la formation disciplinaire du conseil supérieur de la magistrature, suite à la requête du Président de la Transition, Président du Conseil Supérieur de la Magistrature.
Selon des informations reçues, il lui serait reproché, en tant qu’avocat à la Cour, de ne pas faire preuve de discrétion
sur des dossiers en cours au niveau de la Cour Suprême.  On se rappelle encore il y’a quelques mois, lorsqu’il était avocat général à la Cour Suprême, sa position sur les dossiers des épuisements militaires, n’était pas conforme à celle de la cour suprême. Il était allé jusqu’à juger la chambre criminelle, incompétente et les mandats illégaux.
Si cela se révélait être un motif exact, faudra-t-il s’attendre à une sanction sévère à son égard?
D’après un interlocuteur, en droit, les sanctions sont toujours en fourchette. S’il arrivait qu’il soit jugé coupable de faute grave professionnelle, sous peine de vérification, vu qu’ il avait déjà été relevé de ses fonctions à l’époque, il peut encourir soit une interdiction temporaire d’exercer dans ses fonctions de magistrat ou même être radié simplement de la magistrature au Mali.
D’autre source nous révèle que le 31 mai 2022, l’intéressé aurait sollicité un renvoi et cela après avoir réceptionné la notification le convoquant. Cette sollicitation aurait été adressée au Procureur général de la Cour suprême, président de la formation disciplinaire du conseil supérieur de la magistrature. Dans cette lettre M Koné, aurait justifié sa demande par les besoins de sa défense et de son assistance.
Quelle va être la réaction du Procureur général de la Cour suprême vis-à-vis de la demande de renvoi de M.Koné?
Affaire à suivre
La Rédaction/info360.info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.