RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DANS LA PRISE EN CHARGE DES RISQUES DE CATASTROPHES

Lancement conjoint du master en gestion des risques de catastrophes (GRC) et du programme de bourses d’études supérieures OMS/TDR pour la Recherche de Mise en œuvre (RMO).

Le decanat de la Faculté de Médecine et d’Odontostomatologie(FMOS) a abrité, ce jeudi 22 juin 2023, le lancement conjoint du master en gestion des risques de catastrophes (GRC) et du programme de bourses d’études supérieures OMS/TDR pour la Recherche de Mise en œuvre (RMO). Ces deux programmes partagés par trois départements ministériels ont été lancés par les trois ministres concernés à savoir: le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Général Daoud Aly MOHAMMEDINE, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Pr Amadou KÉITA et la ministre de la Santé et du Développement social, Mme Diéminatou SANGARÉ.

Dans son intervention, le Doyen de la Faculté de Médecine et d’Odontostomatologie, Professeur Seydou DOUMBIA a fait ressortir la pertinence de ces programmes pour le Mali en général et pour toute l’Afrique en particulier. Il s’agira pour ces 19 étudiants de 15 pays dont le Mali de s’occuper exclusivement des risques de catastrophes provoqués par différents phénomènes climatiques surtout.

Selon le Professeur DOUMBIA, toutes les dispositions sont prises par la FMOS et ses partenaires dont l’OMS et la Banque mondiale pour assurer la formation de deux ans de ces impétrants afin qu’ils soient opérationnels à leur sortie.

« Les pays du Sahel confrontés à de multiples catastrophes naturelles (sécheresses,inondations ,invasions acridiennes),des conflits et épidémies pourront ainsi être secourus par ces futurs spécialistes du domaine. Le programme master en GRC vise à contribuer au développement des capacités des ressources humaines nécessaires à la gestion des risques de catastrophes et à la planification de la résilience », a-t-il indiqué.

La ministre de la Santé et du Développement social Madame Diéminatou SANGARÉ s’est réjouie du lancement de cette formation, qui selon elle, contribuera à relever les défis créés au fil des années par rapport à la prise en charge des maladies infectieuses comme le paludisme,la tuberculose,le VIH ainsi que les épidémies.

«Toutes ces pathologies demeurent de véritables problèmes de santé publique. Les compétences développées pendant cette formation en recherche sur la mise en œuvre (RMO)permettent une meilleure formulation de ces obstacles en question de recherche et de tester des solutions pour améliorer les stratégies de lutte contre la maladie », a-t-elle rassuré.

Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile,le Général Daoud Aly MOHAMMEDINE a salué le courage et la bravoure du personnel de santé civile et militaire pour la prise en charge des malades d’Ebola en 2014 et leur initiative commune pour la mise en place d’un module de formation sur la réduction des risques de catastrophes. «Les catastrophes telles que les inondations,les sécheresses,les vents violents,les conflits armés rendent beaucoup plus vulnérables nos populations et entravent les efforts de de développement du Gouvernement et de ses partenaires. C’est pourquoi une meilleure connaissance ainsi qu’une culture du risque et des catastrophes,permettront sans nul doute,de réduire substantiellement les dommages et les pertes,de renforcer la résilience et de consolider l’économie des populations » a-t-il précisé.

Quant au ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique,Professeur Amadou KÉITA, il a exhorté ces professionnels de la santé et des secteurs connexes à redoubler d’efforts pour la pérennisation de cette formation. Il a réaffirmé sa disponibilité et de ses collègues ministres au œuvrer pour le bon fonctionnement de ces programmes ainsi lancés.

Le représentant Résident de l’OMS au Mali, Dr Itama s’est dit prêt, au nom de son organisation, à soutenir la formation dont les objectifs répondent parfaitement aux besoins de nos pays sub sahariens.

Cette cérémonie a enregistré la participation du Recteur de l’Université des Sciences,des Techniques et des Technologies de Bamako(USTTB),  le Professeur Ouateni DIALLO et plusieurs autres sommités des sciences de l’Université du Mali.

Pour rappel, les bénéficiaires de ces programmes sont 10 hommes et 9 femmes répartis comme suit:

Bénin(1),Burkina(2),Burundi(1),République Centrafricaine (1),Cameroun(1),Tchad(1),Côte d’ivoire (1),République Démocratique du Congo(1),Guinée (1),Madagascar (1),Mauritanie(1),Niger(1),Togo(2) et Mai(4).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *