Amadou Sissoko,  à 12 ans . Il fréquente la 6 e année fondamentale à l’école   » Doniya So » de Badalabougou Sema.
Courageux, et discipliné, ses moyennes mensuelles varient entre 7 à 8 sur 10 . Avec ces moyennes,  Amadou Sissoko est toujours parmi les 3  premiers élèves de sa classe. Vivant avec sa mère dans une maison en location, le petit titan et béni enfant qu’il est, a un bel avenir devant  lui, à cause de son attention et son attachement à sa mère.
Car on dit généralement chez nous qu’un enfant soumis et qui assiste constamment sa mère est béni et son avenir sera radieux malgré les épreuves qu’il aura en face de lui durant toute sa vie. Amadou Sissoko, un enfant  pas comme tous les « Sissoko »,  est un petit beau  garçon, jovial et sans complexe. Les jours fériés ou les soirs , où il n’a pas cours à l’école, il marche des kilomètres à parcourir le quartier,  chargé sur sa tête d’une grosse assiette remplie d’articles divers, pour la rechercher des clients. A son retour à la maison, il remet le bénéfice à sa mère, afin de l’aider à s’occuper d’eux : ses frères, sœurs , et lui. C’est ainsi que le loyer mensuel est aussi assuré. Chaque fois qu’il dépasse un groupe de personnes ayant l’âge de ses parents,  il les salut poliment avec une voix basse et un sourire assurant qui prouvent qu’en plus d’être un enfant bien éduqué par sa mère, qu’il aime ce qu’il fait et dans l’enthousiasme.
L’après-midi du 13 mai 2022, quand Amadou, ses marchandises sur la tête, est venu nous saluer devant notre porte à Badalabougou Sema 1, où il s’est assis un petit moment, j’ai profité de cet instant que j’ai souhaité depuis quelques temps avec lui,  pour l’aborder et savoir s’il était ou pas un écolier.  » je suis élève de la 6 e année.  « Je fait ce commerce informel pour pour aider ma mère à s’épanouir et à  nous prendre en charge. Cela vous nous évitez de devenir des délinquants ou des enfants abandonnés de la rue ». Nous a-t-il expliqué.
Amadou Sissoko est fan de football. Après l’école,  et le commerce , il s’arrange chaque fois à rentrer à la maison pour vite aller jouer au football avec ses petits copains.  » Je m’organise à avoir le temps de jouer au football.  Je rêve de devenir un jour  comme un Lionel Messi pour aider ma mère à s’épanouir ». A t-il insisté avec détermination.
Amadou Sissoko, vivant à sa mère et très attaché pour son épanouissement,  bon élève , déjà bercé dans l’entrepreneuriat , rêvant de devenir un football international de grande influence mondiale pour aider sa mère, serait-il sur la bonne voie ? Comment l’encadrer en l’absence de son père pour l’aider à réaliser son rêve ?
Nous avons réussi les autorisations de sa mère pour réaliser et publier cet article et sa photo.
Mamadou Camara Madou’s info360.info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.